La légende

Quel bon moment pour vous annoncer la bonne nouvelle que nous ouvrons sous peu dans notre nouvel espace en plein cœur du Mile End! Aujourd’hui marque aussi une étape importante d’un projet particulier qui a débuté au printemps dernier.

Pour ceux ne la connaissant pas, Chantal est une cliente depuis notre tout début qui a l’habitude d’avaler les kilomètres à un rythme effarant. Une nouvelle chaîne par mois, pour vous donner une idée… Une question nous revenait en tête constamment: que se passerait-il si Chantal avait un vélo performant au lieu de son vélo de cyclotourisme? Et bien avec l’aide de Cycles Marinoni, nous allons désormais le savoir!

Chantal nous fera part de ses aventures à vélo sur notre blogue et sur son compte Instagram. Je la laisse d’ailleurs nous raconter la naissance de cette collaboration de son point de vue. À très bientôt!

cof

« Mais qu’est-ce que t’as fait aux vélos dans une autre vie pour avoir un karma de ma&?*% avec eux dans cette vie-ci ?!? »

C’était l’interrogation de Guillaume qui me voyait arriver avec les vélos trop rapidement sur-usés. Située à trente mètres de chez moi, j’ai adopté la boutique Hors Catégorie depuis pratiquement son ouverture. J’y amenais régulièrement mes vélos. En fait, sur une base si constante que Guillaume n’y comprenait rien; « Qu’est-ce que fait cette cliente pour ronger ses chaînes à ce point, et à ce rythme si rapide surtout ?! »

En janvier d’une année, c’est naïve mais fière que je lui annonce le résultat de mes statistiques de l’année qui venait de s’achever. Probablement l’année où j’avais fait l’équivalent de 43 000km (comprenant le « trainer »; 7\7jours, été comme hiver), il y a deux ans. « Ceci explique cela », que j’ai pu lire dans les billes pers, alors écarquillées, de Guillaume : il venait de résoudre l’énigme de mes vélos sur-usés. Moi, jusqu’alors, je ne lui disais pas mon kilométrage parce qu’il allait de soi. C’est normal pour moi, rouler plusieurs heures par jours. Tous les jours de l’année. Ma dernière pause ? 5 décembre 2014. Le genre de date dont on se souvient. Mes stats ? 2017 : 48 369 km, 2016 : 45 414 km, 2015 : 43 693 km, 2014, 38 392. Avant ça c’est moins fou… Mais intense malgré tout. Dans les 20 000. Nombreux sont les gens qui me répondent « Je fais moins avec ma voiture » Comme quoi je dois avoir le moteur bien huilé !

À la boutique, j’avais appris un jour qu’ils s’étaient mis à me surnommer « la légende »…

Jules m’a demandé quelle est la genèse de la « wondercycliste » que je suis. « Quelle mouche radioactive t’as piqué ? » La vérité ? Ce n’est pas une mouche. C’est mille fois plus gros; c’est un camion poids lourd. Qui a tourné sur moi, alors que je m’entraînais à St-François, Laval. Multi-fractures, quelques organes abimés, traumatisme crânien évidemment, malgré le casque. Une poly-poquée, qu’ils appellent ça, à l’hôpital Sacré-Cœur, où j’ai été hospitalisée plusieurs jours, et suivies pendant quelques années. Avant cet accident, j’étais une cycliste « normale » (+-15 000km par année, intérieur compris). Le lien avec la métamorphose ? Le traumatisme crânien crée une dépression, un sentiment d’incapacité, d’incompétence suite à mes limitations cognitives qui s’installent comme séquelles. L’arrêt de travail se prolongeant, le sentiment de ne rien faire de bon dans la vie, je me suis réfugiée compulsivement dans le vélo, là seul où je me sentais forte et en mesure de me réaliser, là seul où je sentais que je pouvais accomplir quelque chose de concret. Là seul où je sentais que je pouvais dorénavant réussir, puisque ma profession dans laquelle j’étais formée ne m’étais plus accessible. On me disait de faire de l’exercice physique pour contrer la dépression. Je suis une bonne patiente, j’ai pris la prescription à la lettre. Personne n’avait jamais parlé du dosage, et la dépression était très sévère alors j’y suis allée proportionnellement ! Autre aspect; ayant « vaincu » puisque survécu à un poids lourd, sur mon vélo, je me sens toute-puissante, invincible, c’est le lieu où je suis inatteignable. Je m’accroche à ma monture pour poursuivre de me sentir forte, alors que dans « la vraie vie » je me sens une miette remplie de limitations.

Or, Guillaume, un peu fasciné par mon cas; par mes statistiques et par l’état de mes pièces usées que je lui rapportais sur mes vélos, me propose d’abord en boutade, de faire des ultracourses. Au début, je le prends réellement comme une blague, ne croyant pas que mes capacités puissent m’amener là. Parce que je ne crois pas être une cycliste si puissante, je suis seulement très endurante. Mais il me convainc que c’est justement ça, les ultracourses; de rester des heures et des heures sur sa monture. Ah pour ça, je suis capable !!! Par cette proposition, il me titille alors le passé d’athlète de compétition d’élite (dans un tout autre sport), de celle qui n’a jamais vraiment fait son deuil de cette poussée d’adrénaline et du plaisir du dépassement unique au contexte de la compétition. Je ne prends pas beaucoup de temps avant d’embrasser l’idée. Avant d’en être enchantée, et de l’adopter.

Le bénéfice que me fait miroiter Guillaume, c’est que Marinoni pourraient eux aussi être intéressés par mon cas, et vouloir m’accompagner à me construire un vélo fait sur mesure parce que mon accident a laissé des séquelles musculo-squelettiques faisant en sorte que j’ai quelques particularités. L’aventure enthousiasmait Guillaume presque autant que moi… Nah ! je pense que j’étais plus excitée que lui ! N’empêche que je voyais aussi dans ses yeux un éclat d’inspiration certaine pour tout ce projet.

Mon insomnie d’excitation des dernières semaines ne nuit pas encore au projet; je vais rouler pour l’occuper! Ou sinon, j’écris ces lignes, ou j’erre via mon compte Instagram tout naissant (kilomaitre_cv), créé spécifiquement pour témoigner de toute cette aventure de l’été, qui j’espère se perpétuera sur plus d’une saison !

Fais-un-Voeu 2018!

Encore une fois cette année, Hors Catégorie participe au 48 heures à vélo Fais-un-Voeu! Venez voir nos participants et encouragez-les lors de notre 5 à 7 du 19 juillet. Nous remercions grandement le Club Cycliste Cycle Pop qui nous accueillera à son Club house.
Contribution (sur place) demandée : 30$ (ou plus, si ça vous chante!), reçu d’impôt pour 20$ ou votre montant -10$ (qui couvre nos frais).

Votre contribution vous donne droit à :
– Une consommation de votre choix au bar du club house;
– Nourriture à volonté: des hot-dogs à l’européenne, hors-d’œuvres, bouchées, grignotines et autres plaisirs surprises préparés par les chefs de notre équipe;
– Une vente de casquettes uniques;
– Mais SURTOUT de bons moments entre amiEs et la satisfaction d’aider des enfants malades à réaliser leurs rêves.

Au plaisir de vous y voir!

Trop de rigidité?

Comme à tous les printemps, on voit passer des annonces mentionnant plus de rigidité sur de nouveaux cadres par rapport aux anciens. 10% ici, 14% là. Plus efficace, plus rapide on nous dit. Intuitivement, c’est logique, alors on embarque.

Mais est-ce le cas? Est-ce que la rigidité latérale d’un cadre de vélo est corrélée avec plus de rapidité? Une discussion avec Jan Heine, James Huang et Damon Rinard sur le podcast de l’excellent site cyclingtips.com nous a inspiré cet article afin de démystifier cette croyance.

Jan Heine c’est posé la question il y a quelques années et a ensuite réalisé quelques expériences afin d’en savoir plus sur le sujet. Le test ultime fut un test à double insu avec des vélo identiques en tout point, sauf pour leur rigidité. Ni l’administrateur du test, ni les cyclistes ne savaient sur quel vélo ils roulaient. Le résultat? Le cycliste sur le vélo plus flexible générais plus de watts! 12% de plus! Subjectivement, les cyclistes du test affirmaient se sentir capable de pousser plus fort sur le vélo plus flexible à chaque fois. On voit dans la charte suivante les effort d’un des cyclistes sur le vélo rigide (#1) et le vélo flexible (#2):

Puissances moyennes sur chaque vélo

Comment se peut-il qu’un cadre plus flexible permette à un athlète de produire plus de watts? La façon de comprendre ce qui se passe est plutôt d’imaginer quelqu’un sauter sur un plancher en béton vs sur un trampoline. Le béton est certes plus rigide, mais il ne permet pas d’amplifier le travail de l’athlète comme le fait le trampoline.

Le réal facteur important ici est le coefficient de restitution du cadre. En bref, lorsqu’on applique une force simulant le coup de pédale sur un cadre, et qu’on retire cette force, le cadre retrouve sa forme initiale à chaque fois. Dans le cas des vélos modernes, celui-ci se trouve tellement proche des 100% qu’il est très difficile d’arriver à le mesurer. Il n’y a donc pas de perte d’énergie dans le système.

Il est aussi intéressant de constater que le modèle mathématique le plus utilisé et respecté dans le domaine du vélo ( Validation of a mathematical model for road cycling, Martin et al. 1998 ) n’inclus pas de paramètre pour la rigidité ou le coefficient de restitution. Ce sont des variables complètement indépendantes.

Alors, armé de ces nouvelles connaissances, on fait quoi? Essentiellement, c’est une question de bien arrimer les caractéristiques d’un vélo au cycliste. Selon le gabarit, la puissance du cycliste et son style de pédalage, les recommendations vont inévitablement changer. C’est d’autant plus important de faire plusieurs essais routier avant de prendre une décision sur un vélo.

 

Les roulements céramique démystifiés

Ce n’est pas nouveau, nous sommes de grands fans de ce que peuvent apporter des roulements en céramique ( Si3N4 ), mais il y a encore bien des questions qui reviennent à leur sujet. Nous allons donc tenter de vulgariser certains concepts et donner des exemples concrets sur leurs avantages.

D’abords et avant tout, il est important de définir les facteurs importants qui affectent la performance de tout type de roulement: la vitesse de rotation et la charge ( le poids appliqué sur le roulement ).

La Précision

Une bille plus ronde tourne naturellement plus facilement. Une bille de la forme d’un œuf ne serait pas très performante par exemple. Alors, est-ce possible de quantifier la rondeur d’une bille? Oui! L’échelle des grades nous est utile ici. Plus la bille est ronde, plus le chiffre est bas.

Les billes en acier de meilleure qualité sont habituellement de grade 25, quelques rares fois pouvant atteindre le grade 10. On arrive ici à la limite de ce que l’acier permet. En comparaison, on constate que les billes en céramique peuvent atteindre le grade 3! À plus grande ( vraiment beaucoup plus grande! ) échelle, si on imagine une bille de la taille de la planète Terre, le grade 3 permet des variations de 9600m, soit un peu plus que la taille de l’Everest à 8848m. Le grade 25? 24000m soit plus haut que la montagne la plus haute du système solaire, le Mont Olympe sur Mars…

Comme une image vaut mille mots, voici un comparatif entres des billes d’acier et de céramique ( les deux ayant plusieurs milliers de kms dans le corps ).

On voit clairement la surface plus lisse sur la bille de droite ( céramique ). On peut individuellement voir les LEDs du microscope. Les réflexions des luminaires à notre plafond sont aussi plus claires.

On peut voir d’ailleurs l’avantage des roulements en céramique dans des applications à plus haute vitesse de rotation comme démontré par les graphiques suivants (à gauche pour les billes en acier, à droite pour les billes en céramique).

À titre indicatif, les roulements des moyeux tournent à 320rpm lorsque le vélo avance à 40km/h, donc moins rapide que dans bien des applications, mais assez rapide pour que l’impact se fasse sentir.

La dureté

La charge appliquée sur un roulement aura un impact significatif sur sa performance. Plus les billes résistent à la déformation sous la charge, plus elles sont en mesure de rouler facilement. C’est ici que se trouve le plus grand avantage des roulements en céramique. Sur l’échelle Rockwell, les bons aciers sont de dureté HRC60 et les céramiques sont de HRC78, soit environ 30% plus dur.

Une bonne façon de comprendre l’effet de la dureté d’une bille sur le roulement est d’imaginer mettre son poids sur une balle de tennis et tenter de la faire rouler. On gaspille beaucoup d’énergie à compresser la balle. Si on tente la même expérience avec une boule de billard, on comprend tout de suite que le résultat ne sera pas le même.

Au niveau du roulement de pédalier, la vitesse de rotation ( 90 à 120rpm ) c’est pas très élevée, mais la charge appliquée sur les roulements est nettement supérieure. La dureté a alors un effet important dans la performance de ce type de roulement.

La durabilité

La durée de vie des roulements en céramique est une questions qui revient aussi souvent. Le principal avantage des roulements en céramique est que les billes sont plutôt chimiquement inertes, donc elles ne rouillent pas. Aussi, puisqu’elle conservent leur dimensions peu importe la charge et qu’elles sont plus précises, elle sont moins abrasives sur les cuvettes.

À titre d’exemple, voici un roulement de pédalier ayant 22 000km dans le corps, fraîchement nettoyé dans un bac à ultrason. Selon notre expérience des dernières années, les roulements F1 Ceramic tendent à durer de 3 à 5 fois plus longtemps que les roulements en acier de qualité. Cette étude scientifique parle de 4 fois plus longtemps, malgré des conditions d’opération nettement plus difficiles!

Un essais vaut mille mots

C’est bien tout ces chiffres, mais rien ne vaut un essais routier pour en voir les bénéfices. Nous avons plusieurs paires de roues démo, toutes équipées de roulements F1 Ceramic. Passez nous voir si vous voulez voir par vous même!